Aller au contenu


Photo

Un lourd passé


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Iridescia

    Nouveau

  • Membres
  • Pip
  • 2 messages

Posté 25 janvier 2017 - 01:09

Tout s'est passé le soir d'une nuit hivernale. Iridescia n'était encore qu'une jeune femme approchant de sa dix-huitième année. Elle était attablée avec sa famille, un frère, plus jeune qu'elle de quatre années aux yeux d'un noir si intense que l'on avait la sensation tomber dans le vide à chaque fois que l'on affrontait son regard. Ses yeux étaient l'héritage de sa défunte mère qui était décédée peu après avoir accouché: cela rajoutait une dimension angoissante à ses orbes quand on connaissait ce tragique passé. Assis en face de lui, leur père, un homme fatigué par son métier de garde royal. Sous sa chevelure grisonnante se trouvait un visage marqué par quelques cicatrices de combats passés. C'était un homme incroyablement tenace au combat et dont la carrure suffisait pour intimider quiconque qui oserait s'approcher d'un peu trop près de ses enfants. Quant à elle, Iridescia était tout l'opposé de sa famille. Elle avait hérité d'aucun des traits physiques de ses parents: elle possédait une longue chevelure rousse qui lui descendait jusqu'au bas de son dos, les yeux d'un vert opaline qui semblaient scruter l'âme des personnes qu'elle observait, une silhouette élancée et fine venait compléter ce corps assez peu commun. Le décès de leur défunte mère avait laissé des séquelles impossibles à guérir. Parfois, Iridescia allait s'isoler dans sa chambre où elle pleurait à chaudes larmes en repensant à ces quelques années où sa mère était encore présente à ses cotés. Elle n'avait pas eu la chance de profiter d'elle lors de sa courte vie, mais chaque souvenir était intact.
 
Ce soir là, la nuit était tombée depuis plusieurs heures déjà. Dehors, le vent froid mordait les quelques passants encore à l'extérieur à cette heure tardive. Des flocons de neige tombaient de manière aléatoire mais de plus en plus nombreux. Iridescia les regardait à travers la fenêtre de leur modeste maison. Son père discutait avec son frère de son souhait pour lui plus tard de rejoindre la garde royale afin de le remplacer. Il faut dire qu'il avait commencé à l'entraîner au maniement de l'épée dans le but de rejoindre cette garde il y avait maintenant quatre ans. Mais l'ambiance paisible n'allait pas tarder à se dissiper, et disparut complètement lorsque des coups sourds résonnèrent contre la porte. Quelqu'un venait de toquer chez eux, à une heure tardive...
 
Les coups reprirent une seconde fois, se voulant plus insistants, avant qu'une voix grave ne se fasse entendre. 
 
"Monsieur Jurrick Delbeth, membre de la garde royale, veuillez-nous ouvrir. Toute opposition est inutile, nous sommes venus vous arrêter de la part du Roy lui-même."
 
Le père regarda ses enfants, leur adressant un sourire affectueux empli de bienveillance, avant de leur dire le plus bas possible:
 
"Les enfants... Allez vous cacher dans ma chambre et ouvrez la fenêtre. Préparez-vous à fuir si le pire venait à venir. Je ne sais pourquoi ils sont là, mais s'ils viennent à cette heure si tardive, ce n'est certainement pas pour quelque chose qui peut se faire en public."
 
Son visage se ferma et devint plus sévère, il se leva et alla vers la porte, pendant qu'Iridescia et son frère se levaient également et sans bruit filèrent dans la chambre de leur père. Une fois cela fait, leur père ouvrit la porte et fit face à ceux qui voulaient le voir. 
 
"Bien le bonsoir messieurs, pour quel motif venez-vous m'arrêter à une heure si tardive ? Je ne suis coupable d'aucun crime."
 
- Jurrick Delbeth, c'est bien cela votre identité ? Nous avons reçu un ordre du Roy, concernant votre arrêt dans les plus brefs délais. Ceci afin de vous faire enfermer dans les geôles en attendant la date de votre exécution.
 
-Pardon ? Mon exécution ? Mais pour quel motif ? De quel crime m'accusez-vous pour que je sois exécuté ?!
 
-Vous êtes coupable de désertion, notre informateur a ouïe dire que vous vouliez quitter la Garde Royale, et l'exécution est la sentence pour ce genre d'acte.
 
-Je n'ai jamais déserté, ni quitté de bataille, cette information est erronée est dénuée de sens ! Je me fais vieux certes, j'ai formé mon fils dans le but qu'il me remplace dans la Garde Royale, vous voyez bien que je ne suis plus en état d'aller au front combattre. 
 
-Vous voulez partir de la Garde Royale, alors que le Roy vous a bien fait comprendre que seul lui décidait de qui pouvait quitter celle Garde, il vous a bien fait comprendre que vous deviez y rester pendant au moins quatre hivers et vous avez osé lui tenir tête, c'est pour cela que le roi veut voir votre tête coupée. Il n'a que faire d'une personne qui ne suit pas ses ordres. De plus il a ajouté, qu'il souhaiterait également avoir celle de vos enfants et qu'il les ferait décapiter sous vos yeux. Gardes ! Emparez-vous de lui et fouillez la maison, les enfants sont à l'intérieur !
 
-Non ! Ne faites pas ça, certes j'ai voulu quitter la Garde Royale, mais je vous en supplie, laissez mes enfants en dehors de ça ! Je resterai encore quatre ans, mais s'il vous plait, laissez-les en vie !
 
-Il fallait réfléchir à la conséquence de vos actes plus tôt vieil homme."
 
Sur ces mots, les gardes entrèrent dans la maison à la recherche des enfants. Son petit frère était abasourdi par ce qu'il venait d'entendre, des larmes coulaient sur son visage, ainsi que sur celui d'iridescia. Elle essayait d'ouvrir la fenêtre, mais la morsure du gel l'en empêchait, rageuse, elle laissa aller son poing contre la vitre, qui se brisa net mais le bruit que cela avait fait avait sûrement été entendu par un des gardes présent dans la maison. Son frère mit sa main sur les lèvres de sa sœur pour l'empêcher de crier, main qu'elle s'empressa de retirer en faisant un signe de tête signifiant qu'elle allait bien. Son frère fouilla dans les affaires de son père, il savait qu'il cachait une épée non loin de son lit pour parer à toute éventualité. Ses yeux brillèrent lorsqu'il la trouva. Il se retourna vers sa soeur et lui dit tout bas:

 

 

"Iridescia..Fuis ! Je vais les retenir, père m'a appris à manier l'épée, ça devrait suffire pour les repousser le temps que tu quittes cette ville maudite ! Cours vers l'Est, ne t'arrêtes pas avant le début du jour !

 

Son frère se retourne et fit volte-face à la porte qui les séparait des soldats, sa sœur quant à elle, se mordit la lèvre inférieure, brisa ce qu'il restait de verre, et passa par la fenêtre. Elle suivit les conseils de son frère et courut, jusqu'à ce que les bruits métalliques des épées qui résonnaient au loin ne soient plus que souvenirs. Jusqu'à ce que la nuit glaciale laisse place à une aube plus chaleureuse où elle s'évanouit de fatigue.. Lorsqu'elle se réveilla, un manteau de neige recouvrait son corps, cependant elle n'avait pas froid. Ce qui s'était passé la nuit dernière lui avait fait perdre toute émotion, elle baissa les yeux vers sa main endolorie, de la neige ensanglantée la couvrait. Ne sachant pas où aller ni quoi faire, elle se dirigea toujours plus vers l'Est. Si elle ne se trompait elle arriverait dans  le territoire des Exilés, ces hommes au-dessus des lois qui se rebellèrent contre le Roy. Ils étaient ce qu'elle voulait à présent devenir. Attendant le moment opportun pour attaquer les Royalistes, et leur faire payer de leur sang l'acte qu'ils venaient de commettre la nuit précédente...

 

 

 

Deux années passèrent depuis ce tragique événement. Iridescia avait finalement trouvé les exilés, et depuis elle s’entraînait au maniement de l'arc. Elle s'était confectionnée un pantalon en cuir d'une couleur semblable à sa chevelure et arborait un haut d'un gris sombre lui laissant les épaules dénudée. Lui accordant une meilleure aisance lors de ses mouvements. Quatre ans... Elle avait eu le temps de se préparer, d'envisager tous les scénarios possibles quant à une éventuelle rencontre avec un partisan ou un sympathisant du Roy. Il n'y avait qu'un seul choix qui s'offrait à lui: La mort. Restait ensuite à savoir de quelle manière, elle décida quant à la mise à mort de laisser libre cours à son imagination lorsque le moment sera venu. Du sang avait coulé sur la neige cette nuit là, Ils avaient forcé la bête à fuir, mais dorénavant, c'est la bête qui allait les traquer... 

 

 

 

 

 

 

HRP:

Voici une peinture de moi à l'entraînement:

 

787737archerbyundinecg.jpg

 

 

 






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)