Aller au contenu


Photo

Les Bouchers des Caniveaux


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Blasphème

    Habitué

  • Membres
  • PipPipPip
  • 192 messages

Posté 30 avril 2018 - 18:04

Le calme, la psychose, la boisson.

La routine, un sourire, une goutte de sang.

Les latrines.

Un long jet de vomi.

La faim.

 

A p'tits pas j'avance, genre j'peux pas avancer autrement vu l'taille que j'me tape, la main à plat sur l'mur crasseux d'l'auberge de Sombrios. Ma tête elle tourne, à moins que'ce soit mon corps, j'suis plus très sûre et j'entre dans l'chambre que j'crois l'mienne. A l'intérieur, y a une pute en plein travail, pis c'est qu'il grogne son client, j'crois qu'il en a pour son fric. J'les regarde un moment pis j'repars sans fermer l'porte, j'bien trop la gerbe et j'suis bien trop bourrée pour m'arrêter sur ce genre d'détail. Dans l'couloir, il y a b'coup d'passage et comme j'suis pas grande j'suis balancée à gauche, pis à droite et y a un pied qui vient écraser l'mien. J'insulte le gars, il m'montre son poing alors j'finis par le mordre à l'entrejambe et j'me mets à courir. La nuit vient d'tomber, c'l'heure pour les brigands de s'transformer en ombres et les ruelles elles fouettent déjà. J'ouvre une f'nêtre au hasard et j'souris. La lune, elle est pleine et c'comme ça qu'je l'aime. Pis j'ai un haut l'coeur, j'me penche, j'vomis et d'en bas y a un mec qui m'lance des jurons. J'm'essuie la bouche avec l'revers d'ma manche et j'continue d'tituber au grès des bousculades.

 

Un gargouillis, une douleur, des dents qui se serrent.

Une main qui se presse contre un estomac.

Putain de Faim.

 

C'qu'il caille dehors, mêm'si c'est l'printemps. J'suis dehors alors que j'voulais r'gagner ma piaule. J'regarde en arrière, l'brigands continuent d'déferler de l'auberge, gueulant et riant avant d'disparaître dans les sombres ruelles. J'entends un cri, par là pis un autre par ici. J'trouve une bouteille d'gnôle à moitié pleine, c'ma chance. J'l'empoigne. J'bois. J'ris. J'm'enivre.

Dans la rue, j'titube, j'tombe, j'rampe et j'me relève en riant, ravalant avec peine l'filet de bave qui r'lie ma bouche avec le sol. J'ai encore la gerbe, j'me penche et l'alcool s'déloge d'mon estomac pour m'cramer l’œsophage... J'l'entends grogner, ouais, puis j'finis par comprendre c'qu'il m'dit. L'a faim, l'estomac, il m'parle.

"De la bouffe, connasse".

Ouais.

J'avais compris.

 

J'erre, à droite, à gauche pis un peu vers l'milieu aussi, 'fin en titubant quoi. J'colle mon nez contre un mur pis j'reste debout, tout contre, mes yeux s'ferment et j'entends d'jà mon ronflement. J'vais encore dormir sur l'paillasson d'un inconnu, puis en fait non... mon ventre a bougé. J'change d'avis, j'vais m'casser d'là car ça pue, j'viens d'poser un gros paquet et j'rabaisse ma cape. C'fait un bien fou.

C'en r'mettant l'boucle de cette dernière qu'j'ai entendu un couinement familier, c'lui du repas qu'est en train d'm'appeler. Quand j'entends ça, y a mes oreilles qui s'dressent et mes narines qui s'gonflent... C'l'heure de la chasse et l'gibier l'était pas loin, c'est l'estomac qu'allait être content. 

J'regarde par une f'nêtre et j'me lèche les lèvres.

 

L'a quel âge c'lui là ? Un an ? Deux tout au plus ? L'a les bras bien blancs et les joues bien pleines ! J'sens ma langue s'faire piquer par mes dents pointues et d'un coup d'boule d'glace j'brise la mince vitre. Un r'gard à gauche, un à droite et m'voilà en train d'prendre le chiard sous l'bras. J'suis l'caniveau et j'm'engouffre dans l'égout l'plus proche pour manger l'gamin.

 

Ca s'grignotte lentement, l'enfant et faut l'faire participer. D'ja, mettez le sur l'dos, avec l'pattes en l'air pour qu'le sang r'monte bien aux bons organes pis ligotez le dans c'te position. L'enfant, ça s'grignotte, des orteils aux ch'villes et des doigts aux poignets, ça s'savoure en m'sique, et l'm'sique elle vient d'gosier d'votre repas. C'beau les cris enfantins et c'change d'une année à l'autre... C'vrai, l'nourrisson l'est un peu plus nasillard, la p'tite fille c'un peu aigue, mais l'garçonnet c'fait souvent d'beaux sons. Ca n'dure j'mais longtemps alors faut qu'tu fermes les yeux, ouais, faut qu'tu vives l'instant. Quand arrive l'jour, en g'néral l'agonie s'finit et y a la lumière qu'vient d'la bouche d'égout pour t'éclairer c'qu'il reste. Là, t'as la carcasse et t'peux la r'nifler et t'blottir d'dans pour t'parfumer et t'laver de la sueur d'la chasse. D'jà, y a d'mouches qui viennent t'piquer tes restes et tu leur cède c'que tu veux pas, bientôt les rats s'ront là eux aussi et t'iras roter dans un coin en t'tâtant l'bide bien rebondi.

 

Alors voilà, j'sors d'mon égout et j'me regarde dans l'reflet d'une fontaine.

J'pas d'couteau, j'ai qu'mes dents...

Mais j'suis quand même un boucher d'caniveau.


Modifié par Blasphème, 30 avril 2018 - 19:36 .

Sois un homme, comme ta mère.

 





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)